L’Unité d’Art Sacré

Actualités

L'Œuvre

Les tableaux

Les vitraux

Résultats de recherche

Accueil > L’Œuvre > L’Unité d’Art Sacré

« Je désire réaliser à Gosnay un grand rêve… rassembler en un lieu un ensemble de peintures et d’œuvres d’art que je créerai pour cet endroit et qui sera un témoignage de tout ce qui me fait vivre…
Créer une grande œuvre, unique, dense, forte et tendre à la fois, composée de toutes les facettes de ma foi intérieure. »

René Ducourant

Visite panoramique de l’Unité d’Art Sacré

Objectifs

Le projet est présenté dans la plaquette « Un grand Projet pour un Grand Jubilé » que René Ducourant diffuse en décembre 1999.
Outre l’intérêt artistique, chacun y retrouve cet homme habité par l’Amour de la vie, l’Amour des hommes et l’Amour de Dieu.
Il se retrouve parfaitement dans la pensée qu’a exprimée Van Gogh « dans un tableau, je voudrais dire quelque chose de consolant comme une musique, je voudrais peindre des hommes et des femmes avec ce je ne sais quoi d’éternel… ».

L’église paroissiale est implantée au centre du village, à mi-chemin des deux Chartreuses, qui sont classées « monuments historiques ».

Aquarelle, Projet de l’Unité d’Art Sacré esquissé le 20.09.1998

René Ducourant se propose de créer et d’offrir à cette église une Unité d’Art Sacré constituée de tableaux, de sculptures et de vitraux. Par sa sobriété architecturale, elle se prête bien à ce projet.
Une réfection intérieure de l’édifice s’impose pour accueillir les oeuvres.
Ni l’Association Culturelle Patrimoniale de Gosnay, ni la commune, n’ont les moyens de supporter seules, le développement du projet, sa valorisation et la pérennisation de l’ensemble. Porteuse du projet, l’Association s’est donnée pour vocation d’aider la municipalité dans la recherche de partenariats.

Dates clés

Pierre Defives, l’un des fondateurs du mouvement, fixe symboliquement la première échéance pour Noël 2000. Elle est respectée par l’Association et concerne, comme prévu, l’aménagement du chœur et la pose des deux premiers vitraux ainsi que d’un oculus.
Les financements n’étaient pas encore entièrement assurés, mais le Conseil d’Administration continue, sans relâche, son travail d’information générale, persuadé qu’il parviendra à tenir la totalité de ses engagements.
Les murs et la voûte du chœur, réparés sommairement, sont peints.
Les premières œuvres du peintre sont accrochées. Elles évoquent toutes la naissance du Christianisme dont on fête le 2000ème anniversaire.
Les deux vitraux du chœur sont le point de départ des huit autres de la nef qui seront créés par la suite.
Les échéances suivantes
La première sera consacrée à la nef qui devra bénéficier d’un traitement similaire à celui du chœur. L’artiste y prévoit 7 grands tableaux de 4m2 chacun et 42 plus petits, de 0.25m2.
Quelques sculptures donneront du relief à l’ensemble et huit vitraux le complèteront. C’est désormais cette réalisation qui est en cours d’exécution (à partir d’avril 2004).

Comme il l’avait annoncé, René Ducourant offre toutes ces œuvres, à toute instance capable de pérenniser l’ensemble, de le mettre en valeur et de le protéger, et ce, lorsqu’il jugera que le travail sera terminé. A présent, la Communauté d’Agglomération ARTOIS COMM ayant décidé par délibération de son Conseil d’Administration de décembre 2003 à jouer ce rôle, c’est dans cette perspective que cette collectivité locale est aujourd’hui devenue Maître d’Ouvrage.

Cette perspective pour l’église sous-entend un programme important de travaux,
dans l’église
- la réfection des carrelages, l’installation d’un chauffage adapté à la conservation des peintures avec la création d’un nouveau sas d’entrée attrayant et un éclairage spécifique pour la mise en valeur des oeuvres et de l’église ;

à l’extérieur de l’église
- le ravalement des façades, le traitement paysager de l’ancien cimetière et celui des accès, la création d’un éclairage extérieur visant à valoriser le monument et enfin l’aménagement de quelques places de stationnement ;

à proximité immédiate
- ou peut être même attenant à l’église, la création d’un local d’accueil du public, où l’on trouvera de la documentation, des cartes postales, des publications, etc.

Moyens

L‘engagement de l’Association et de ses différents partenaires sur Gosnay, sera de plusieurs années pour aboutir à :

A moyen terme
- favoriser la réintégration sur la commune d’un patrimoine historique dispersé depuis la Révolution Française.
L’église de Gosnay dispose en effet d’un mobilier classé ou inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Mais les plus belles pièces confiées par sécurité au Trésor de la Cathédrale d’Arras, attendent leur retour à Gosnay dans un futur musée indépendant.
Une partie du mobilier actuel pourra sans doute rejoindre ce musée extérieur. Mais le projet est pour l’instant de chercher à l’intégrer au sein de l’Unité d’Art Sacré.
Il est possible d’imaginer ce musée, installé dans la Porterie de la Chartreuse du Mont Ste Marie. En effet le projet de rénovation de l’ancienne chartreuse est en cours d’étude par Artois Comm▪.

A long terme
- valoriser le patrimoine architectural, historique et culturel de Gosnay.
- dynamiser le village et son arrondissement marqués par la fin de l’extraction charbonnière et la récession économique qui a suivi.