L’Artiste

Actualités

L'Œuvre

Les tableaux

Les vitraux

Résultats de recherche

Accueil > L’Artiste

L’Artiste : René Ducourant

L’homme

Originaire de Laventie, petite commune rurale des Flandres française où son père était fabricant de galoches et de chaussures, René DUCOURANT est destiné à prendre la succession de ses parents. Mais très jeune, il sent naître en lui l’âme d’un artiste.
Autodidacte, il a toujours peint en côtoyant les grands maîtres de l’art.
Au retour de son service militaire en Algérie, il travaille aux côtés de Lucien Langlet, artiste peintre de Bapaume.
Marié, son épouse le soutient dans la plus grande discrétion. Père de quatre fils, il se réjouit de les réunir avec leur famille en sa maison familiale de Gosnay qui jouxte son atelier et sa Galerie des Chartreuses, créée en 1989.

Le peintre

Ses thèmes favoris sont multiples. Tout est prétexte à peindre. Le sujet importe peu. Ce qui importe c’est la peinture et l’émotion qu’elle procure.
Le monde de la mer le passionne et l’attire. La femme et sa maternité, sa douceur et son charme. Les enfants et leurs yeux d’innocence, les ailleurs et les choses, les fleurs et Venise et ses rêves. Les chevaux de traits qu’il croque chaque année aux fêtes de la moisson. Leur force, leur tendresse et leur humilité.
Mais, si il s’écoutait profondément, son thème le plus favori serait celui de la Bible. Là où se trouve le cœur de sa foi, la réponse à ses questions, à la joie de savoir que malgré la souffrance la vie n’est pas absurde.

Distinctions

- Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Ministère de la culture 2001
- 1ère Médaille d’Or, Prix Corot et Membre du jury au Salon des Artistes Français. Grand Palais. Paris
- Grand Prix International du Portrait Paul Louis Weiller. Institut de France
- Prix Dagnan Bouveret de l’Académie des beaux-Arts de Paris. Institut de France
- Prix Toudouze de la Fondation Taylor. Paris
- Grand prix « Signatures » au Sénat. Paris
- Médaille d’Argent au salon de la Marine. Palais Chaillot. Paris
- Grand Prix de la S.I.B.A., Société Internationale des beaux Arts. Paris.
- Rose d’Or des Rosati d’Arras
- Membre de la Société Nationale des beaux-Arts
- Fresque de 30 m2 relatant l’histoire du Pays de l’Allœu, commandée par le Ministère de la Culture, pour le collège de Laventie
- Grand Prix de la Ville d’Amiens, Bénodet, Lens, Lille, Le Touquet etc…

Près de 2500 œuvres en collections publiques et particulières dans 23 pays.
La majorité de son œuvre est exposée et vendue dans la Galerie Ty Aven qu’il a créée à Pont Aven dans le Finistère en 1985.
La Galerie des Chartreuses, près de son atelier, à Gosnay est ouverte sur rendez-vous et les dimanches de Décembre à Mars.

Le bienfaiteur

En 1995, il offre à la ville de Béthune un triptyque de 5 m de long « La Nativité de la Tendresse » contre une souscription de 135 000F pour des œuvres de solidarité. Cette œuvre fut installée par la municipalité dans l’église St Vaast de Béthune.
En 1996, il offre à la ville de Marles les Mines « Le Briquet » une toile de 1,62 x 1,30m contre une souscription de 50 000F pour les œuvres de la ville
En 1997, l’église de Hinges se voit offrir une toile « Notre Dame enceinte de Dieu » de 3m de haut
En 1998, Il offre aux supporters du Racing Club de Lens et à leur équipe « Championne de France » une toile de 4 m2
En 1991, les parents de « Jerzy Popielusko » reçoivent au cours de leur visite dans le Béthunois, un portait de leur fils, prêtre polonais, martyr de la milice dans les années 80. La peinture est aujourd’hui exposée dans sa maison natale en Pologne.
Il a offert à la collégiale d’Aire sur le Lys une toile de 24 m2 « Le Message du Christ »
A la ville de Pont-Aven le portrait d’Eric Tabarly 1,30 x 0,97m exposé dans la salle des mariages.
A Lozinghem, une toile de 10 m2 « La Kermesse flamande » et à l’église de Lozinghem, une toile de St Benoît Labre

Le poète

René Ducourant écrit aussi des poèmes en accord avec son art et ses convictions profondes.

Ode à mon église (Noël 2000)

Depuis près de mille ans, sur les bords de la Lawe,
Contre vents et marées, tu essuies les bourrasques.
Tu en as vu des gueux, des brigands et des casques,
Fière petite église, au milieu des épaves.

Voilà sept cents années que tu attends, patiente,
Comme la damoiselle derrière les carreaux,
Changeant mille fois de robe, de souliers, de sarrau,
Tournant au creux du lit ton corps dans la tourmente.

Et pourtant tu es là, fidèle au rendez-vous.
Tu as su te faire belle, en conservant ton calme,
Pour fêter dignement, en agitant les palmes
Du fameux Jubilé, pour accueillir l’Epoux.

Tu as vibré jadis au mitan des Chartreuses,
Envoûtée par leurs chants, leurs mélodies d’Amour.
Tes murs frémissent encore des ferveurs d’alentour,
Et foisonnent tes rêves d’histoires fabuleuses.

Vois comme ils sont venus des fins fonds des villages,
Les riches et les pauvres, les bergers et les rois,
Apportant leurs oboles, chantant à pleine voix,
Pour que noce soit belle, et pour te rendre hommage !

Toutes de bleu vêtues, tes demoiselles d’honneur,
Rassemblant leurs agneaux au Mont Sainte Marie,
T’ont couverte de fleurs, je vois que tu souris,
Parsemant au vallon des brassées de couleurs.

Le Seigneur est venu, voilà deux mille années.
A vos flûtes bergers devant l’Arche d’Alliance !
Comme de nouveaux David, entonnez la romance !
Dansez à perdre haleine, c’est la fête à Gosnay !

Tu savais en ton cœur qu’un jour je serais là,
Pour vêtir avec toi les fleurs de l’arc-en-ciel,
Les pourpres et les bleus, les ocres et les miels,
T’embaumer de couleurs des splendeurs d’au-delà.

Et voilà qu’aujourd’hui, c’est la fête au village,
Et le bourgeon fleurit, c’est la Bonne Nouvelle.
Le cri des oisillons frémissant sous tes ailes
Promet de beaux matins jusqu’à la fin des âges.